Partagez | 
 

 KOA ; CONTEXTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 74
Date d'inscription : 04/01/2011

Fichier d'identité
ATOUT(S): //
FAIBLESSE(S): //

MessageSujet: KOA ; CONTEXTE   Mar 4 Jan - 15:38

Londres, le 17 août 2015.

C'était à présent officiel : l'été 2015 venait de battre tous les records de température jamais connus en Grande Bretagne. Une première pour l'île réputée pour ses pluies incessantes et son temps de chien. Mi-août, le baromètre affichait une température de prés de 45°C, une chaleur qui faisait fonctionner toute la capitale au ralenti, les habitants étant accablé par une chaleur qui c'était déclarée presque du jour au lendemain. Même les plus fins météorologues anglais et leurs confrères d'outre-manche étaient incapables d'expliquer ce phénomène.

La cause de cette vague de chaleur soudaine ne mit pourtant pas bien longtemps à se faire connaître : Tandis que la plupart des animaux sauvages avaient fuit, les oiseaux quittant même le continent, une nouvelle espèce fit son apparition, une espèce qui relevait encore du mythe la veille. Un dragon. Immense, aux écailles d'un noir de jais, provoqua une brèche en plein cœur de Londres et émergea du sol pour filer à travers ciel, détruisant tout sur son passage. Quelques jours plus tard, les quelques survivants purent constater que l'espèce n'avait pas tarder à procréer, remplissant ainsi le ciel de plus d'une centaine de dragons.

Londres, depuis lors renommée " Le berceau de l'enfer ", a longtemps subi les attaques de la part des armées d'autres nations, mais impossible de survoler l'île sans se faire détruire en plein vol à coup de griffes et de jets de flammes.
Comptant échecs sur échecs, l'Angleterre fut bien livrée à elle-même, les continents voisins jugeant inutiles de lancer de nouvelles missions suicides. Qui plus est, les dragons semblent se concentrer uniquement sur le sol anglais, ne menaçant pas les autres pays que ceux déjà détruits, raison suffisante, d'après certains chefs d'États, pour les laisser s'entre-tuer dans leur coin, ignorant la détresse des derniers survivants abandonnés à leur sort.


Complètement rayée de la carte, la ville laisse alors place à plusieurs ghettos, éparpillés les uns des autres par des centaines de kilomètres.
Les survivants n'ayant put quitter l'île à temps n'ont aujourd'hui d'autres choix que de vivre dans ces cités de fortune, à défaut d'avoir eut l'occasion d'être évacués.
A l'époque, tous les rescapés de la première attaque avait fuit vers l'Europe, continent qui ne semble d'ailleurs pas attirer nos reptiles à écailles pour des raisons jusqu'ici inconnues.

Les citadelles mises sur pied sont des plus précaires : L'eau courante et
la nourriture sont devenues des denrées rares, quant à l'électricité,
seuls certains privilégiés en bénéficient.
Heureusement, les nations unies n'ont pas complètement oubliés leur compatriotes anglais, et à défaut d'avir à ce jour trouvé un moyen d'évacuer les derniers survivants, ce sont eux qui ont fait don de la plupart des matériaux de construction qui ont servis à mettre sur pied ces "villages".
L'ONU veille également à ce que des livraisons de ressources soient délivrées par voie maritime chaque mois, grâce à un système de chaloupes télécommandées, histoire d'éviter d'autres assauts aériens à leurs soldats. Mais malgré ces quelques efforts, le contenu de ces paquets ne suffit pas toujours à subvenir aux besoins de toute une citadelle, encore moins quand ces mêmes denrées ont comme comité d'accueil une horde de dragons affamés.

Parmi les nombreuses cités se trouvent la citadelle d'Edda,
située en périphérie de ce qu'il reste de Londres, dans le comté de Bedfordshire. Une nouvelle forme de hiérarchie y a prit place, permettant aux survivants de s'organiser dans leur survie respective en attendant l'exode salvateur vers l'Europe. Cependant la diplomatie d'antan est loin d'avoir repris comme si de rien n'était, et les dragons ne sont pas l'unique menace qui plane au-dessus des têtes des survivants : Pillards, renégats et autres brigands rebelles ornent les pourtours des cités, n'hésitant pas à les mettre à feu et à sang afin de piller médicaments, nourriture et autres ressources.

C'est dans ce nouvel univers que les citoyens anglais doivent vivre, ou devrions-nous plutôt dire survivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://kingdomofashes.forumpro.fr
 

KOA ; CONTEXTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
KINGDOM OF ASHES :: Il était une fois Londres :: Règlements & contexte :: Contexte & Précisions-